L’assurance habitation pour votre future maison

assurance habitation maison neuve
Table des matières

L’assurance habitation est un contrat connu de tous, étant donné que les locataires sont obligés d’en souscrire une et que les propriétaires ont tout intérêt à protéger leurs biens. S’il est assez clair que le but de ce contrat est d’indemniser des dégâts causés en cas de sinistre, les tenants et aboutissants de ce contrat du quotidien restent souvent méconnus.

Les garanties minimales

Les locataires d’un bien immobilier doivent souscrire à une assurance habitation. Néanmoins, ils ne sont pas obligés de choisir une formule haut de gamme. Les seules garanties obligatoires sont celles appelées les garanties locatives. Ces dernières couvrent les dégâts lors de sinistres en cas d’incendie, de dégât des eaux et d’explosion. 

Cette assurance ne couvre que les dégâts qui affectent le bien immobilier : murs, sols, toiture, fenêtres… Elle ne couvre pas les biens personnels du locataire, et n’indemnise que le propriétaire. 

Par ailleurs, tous les contrats d’assurance qui couvrent des biens matériels doivent inclure la garantie contre les actes terroristes. Ceci implique une taxe annuelle d’un montant fixé par décret, de l’ordre de quelques euros, qui permet d’indemniser les propriétaires des biens affectés par les actes terroristes. 

Les copropriétaires doivent également se couvrir contre les dégâts qui pourraient être causés aux voisins ou à la copropriété, c’est la couverture de responsabilité civile. 

assurance habitation multirisuques

La multirisque habitation

L’assurance multirisque habitation, appelée couramment MRH, permet d’avoir une couverture plus large, tant en termes de sinistres que de garanties. 

La MRH couvre souvent les dégâts causés par des effractions ou des vols : fenêtres abîmées, portes fracturées, serrure à remplacer, entre autres. 

L’intérêt de l’assurance multirisque habitation est de protéger ses biens personnels. Elle couvre habituellement les dégâts causés aux meubles, effets personnels, les vols de bijoux, électroménager, etc. La valeur des biens doit être indiquée lors de la souscription du contrat, ainsi que des biens spécifiques qui ont une valeur particulièrement élevée. 

Certaines MRH, de par la garantie responsabilité civile incluse, peuvent couvrir les accidents de vélo ou dommages causés en dehors du logement. Par ailleurs, chaque contrat peut proposer ses propres options, comme la perte de clés. 

Les éléments qui impactent le prix de l’assurance habitation

L’assurance multirisque habitation est plus chère que l’assurance des garanties locatives étant donné que l’assureur est amenée à indemniser plus fréquemment et pour des montants plus élevés. 

La valeur du bien immobilier impacte le prix de l’assurance, quelle que soit la formule choisie. Implicitement, la superficie du bien aussi. Le titulaire doit informer son assureur s’il fait agrandir sa maison par exemple. 

Les équipements fixés sur le logement peuvent aussi être couverts avec certains assureurs. Ça peut être le cas notamment de panneaux solaires , installés sur le toit pour produire de l’électricité renouvelable. 

Concernant la MRH, la valeur des biens mobiliers garantis a un fort impact sur la prime annuelle d’assurance. La présence d’objets de collection également. Par ailleurs, si les risques d’effraction et vol sont couverts, les points pouvant augmenter ces risques augmenteront aussi la prime annuelle : zone géographique sensible, véranda, fenêtres en simple vitrage, porte non sécurisée, etc. 

Changer d’assurance habitation

Auparavant, il était très compliqué de changer d’assurance habitation en cours d’année, sans raison valable. Désormais, la loi est plus souple : l’assuré peut changer à tout moment après la première année de contrat, sans avoir à justifier sa demande. 

Au cours de la première année, l’assuré peut changer d’assureur si la prime d’assurance augmente, ou si un changement de situation affectant les risques du contrat intervient. C’est le cas notamment en cas de déménagement, décès, perte d’emploi, invalidité, retraite, entre autres. 

Dans un de ces cas, l’assuré doit envoyer une lettre de résiliation maximum 90 jours après le fait justifiant le changement, les garanties prenant fin 30 jours après réception du contrat.

Ces articles pourraient vous intéresser :